Démarche

BIOGRAPHIE
Née en 1991, dans les Hautes-Pyrénées, initialement professeur de danse contemporaine diplômée d’état, ayant enseigné en conservatoire et été responsable de son école de danse.
Avide d’art, de culture et de réflexion, j’ai suivi deux licences en plus de ma formation initiale en danse, tout d’abord en philosophie (Toulouse le Mirail), puis en Arts Plastiques (Paris La
Sorbonne) à distance afin de nourrir ma réflexion sur l’abstraction appliquée en premier à la
danse, puis au tatouage abstrait et à la réalisation plastique.
Aujourd’hui artiste tatoueuse atypique (tatouage abstrait réalisé à main levée dans un processus de création spontanée collaborative avec la personne tatouée), et plasticienne autodidacte.
Responsable d’un studio d’art et de tatouage depuis 2016 à Lannemezan et Sarrancolin dans les Hautes-Pyrénées.

Désormais installée à Franquevielle en Haute-Garonne, Maison Le Truc et Cie, dans un atelier et un lieu d’exposition toujours ouvert au public.

Après la destruction de mon atelier, de mon matériel et de la totalité de mes travaux (75 oeuvres) dans un incendie en janvier 2022, une nouvelle série de travaux voit le jour dans un atelier temporaire.

PROCESSUS ARTISTIQUE
Mon processus de création artistique s’inscrit dans la nécessité absolue de créer et l’abstraction. Influencée par l’expressionnisme abstrait, l’art brut, les mouvements Dada et Fluxus, le Nouveau Réalisme, le travail de la matière et de la couleur.
Je cultive un geste artistique initié par une pulsion, ôter la forme pour révéler l’essence de l’élan expressif primitif y compris dans le choix des couleurs jamais anticipé. Je travaille sur l’automatisme, le hasard et l’accident. Pas de recherche d’esthétisme, ni de codes académiques afin de ne pas fausser l’expression.
Après avoir expérimenté des abstractions sur papier grâce à différents médiums, je cherche aujourd’hui à obtenir des volumes et des textures à travers des médiums tels que la mousse polyuréthane, l’enduit, le plâtre, le silicone et la peinture acrylique ainsi que des éléments ou matières de récupération sur toile ou autre support afin de créer du volume texturé et coloré et de générer une curiosité sensorielle chez le public. Je fais donc des assemblages hétéroclites d’objets et de médiums utilisés bruts ou mélangés à la peinture ou l’encre acrylique au préalable, je laisse la matière prendre sa forme, et occuper l’espace dont elle aura besoin, je n’interviens pas sur la forme après séchage.

L’union de matériaux recyclés, destinés initialement à être jetés, et des textures vivement colorées à la fois attirantes et écœurantes voire repoussantes, symbolise également nos consommations excessives de substances nocives mais tellement alléchantes.
J’utilise finalement l’opportunité de l’objet et de l’accident et mène une réflexion sur ce que j’appelle
« l’abstraction nihiliste » dans l’art, « l’imposture » et le second degré, par l’usage de
matériaux non spécifiques.

Quelques soient les disciplines, les techniques et les médiums depuis maintenant plus de dix ans selon une recette unique:
– Initier un geste créateur commun et libre qui touche désormais la matière brute, texturée, polychrome, multiple et toujours abstraite.
– Unir sous forme d’assemblages hétéroclites de matériaux recyclés et de textures vivement colorées à la fois attirantes et écoeurantes voire repoussantes.
– Utiliser l’opportunité de l’objet et de l’accident afin de laisser la matière décider.
– Ne pas intervenir sur la forme une fois figée.
Les produits de cette recette ont pris forme sous différentes séries jusqu’ici : la principale « Gourmandises et répugnances » (2018-2021), « Textifibrillations » (2020-2022) et celle en cours, « Vide et matière » (2022).
Mais avec quels ingrédients ? 
Peinture acrylique, silicone,  enduit, pâte polymère,  plâtre,  plastique,  textiles, plexiglas, objets de récuperation divers et variés… mélangés, fondus, brisés, aspirés, détournés et assemblés grâces à des techniques mixtes.


D’autre part, j’ai dessiné, écrit et édité en 2020 un livre, « On me dit que je ne suis qu’un
gribouillis », basé sur des illustrations originales et une réflexion sur l’abstraction.

    Composition sonore par Anne Castex, à partir de sons produits par les matériaux, médiums et outils lors de mon travail à l’atelier. Prise d’image (« Bougeoir » et « Festin »), Anne Castex et Roxane Vidalon. Décembre 2021.

    %d blogueurs aiment cette page :